Dans cet article, je vous présente comment j’ai choisi de transformer mon hypersensibilité en opportunité. Je vous explique quelles difficultés j’ai dû affronter pour réaliser ce changement majeur et obtenir un équilibre de vie personnel et professionnel.

Aussi, à travers le bilan de ma première année d’activité avec Mots et Sens, je vous livre un témoignage sur ma manière d’accueillir ma peur de l’échec.

1- Être HYPER actif, émotif, sensible, est-ce forcément un problème ?

Forfaits individuels, les maux ont ils un sens, Mots et sens, Emeline Aubert-Dozeville, Consultante en écologie et mieux être, accompagne les enfants et adultes hypersensibles en présentiel à Caen ou bien à distance via Skype. adaptation timidité en groupeSi je ne connais pas mon fonctionnement, que je renie qui je suis, cela peut en devenir un.

Souvent c’est inconscient, je n’ose pas exprimer ce que je ressens, ce que je pense. Autrement dit, j’ai peur d’être différent.

En ce qui me concerne, j’ai dû faire face à un problème majeur dans le monde actuel, celui de l’électrosensibilité. Comment s’adapter à son environnement quand on s’y sent en décalage ?

Entre 2006 et 2015, inconsciemment j’ai cherché par tous les moyens à m’adapter, au sein de ma famille, dans mon travail. Et subitement le corps a dit STOP. J’ai dû faire face à des symptômes tels que malaise, vertige, acouphène, migraine. Poser le diagnostic et l’annoncer à mes connaissances a représenté une étape désagréable mais décisive. Témoignage d’Emeline (Mots & Sens) sur l’électrohypersensibilité

2- En créant mon activité de Mots et Sens, comment j’ai pu trouver un équilibre entre vie familial et professionnel ?

Aujourd’hui, grâce à de profonds changements concernant mon habitat, l’alimentation, la gestion des émotions, j’ai pu retrouver un équilibre de vie. Pour cela, je suis remplie de gratitude.

Ateliers en groupe. Mots et sens, Emeline Aubert Dozeville, Consultante en écologie et mieux être, accompagne les enfants et adultes hypersensibles en présentiel à Caen ou bien à distance via Skype. Cultiver sa différence. Philo-méditation, musique des émotions.

A travers mon activité, je souhaite mettre à profit des personnes qui en ont besoin :

  • les outils qui m’ont aidés,
  • les recherches que j’ai menées,
  • mon retour d’expérience sur les changements que j’ai effectués.

Le changement que j’ai dû opérer est la somme des petits changements au quotidien, ma persévérance et ma volonté m’ont aidé dans ce chemin.

J’ai choisi de transformer une fragilité en opportunité. Mais cette sensibilité est toujours présente, elle fait partie de moi. J’accepte mes symptômes, je les accueille pour éviter le trop-plein, l’épuisement. Je vis avec mon handicap.

 

3- Mon souhait pour 2021 : c’est aider les personnes HYPER à vivre mieux.

J’ai pour projet de multiplier mes accompagnements individuels pour enfants et adultes atypiques, et d’élargir mes animations : ateliers philo-méditation et musique des émotions dans des structures publiques et privées sur la Côte de Nacre.

4- Peur de l’échec : accueillir sa peur, l’apprivoiser et la transformer.

En tant qu’hypersensible, toi aussi, tu es perfectionniste, tu as le gout du travail, la satisfaction du travail bien fait. C’est un atout. Mais quand ce souhait de bien faire est disproportionné il peut conduire au déséquilibre, à l’épuisement. Le cerveau se met en mode automatique. Il n’y a pas la place au corps, au ressenti.

Accueillir sa peur de l’échec, c’est s’accorder une pause et se dire. Et en toute bienveillance envers soi, Se demander « Qu’est-ce qui m’a manqué ce mois- ci ? ».

En cette fin d’année, prenez le temps d’identifier ce qui en 2020 vous a manqué et que vous souhaiteriez changer.

Poser votre intention sur ce qui est essentiel selon vous !

– Pour la création de Mots et Sens : J’ai du croire en moi et oser agir.

Logo. Mots et sens, Emeline Aubert Dozeville, Consultante en écologie et mieux être, accompagne les enfants et adultes hypersensibles en présentiel à Caen ou bien à distance via Skype. Cultiver sa différence. Philo-méditation, musique des émotions.

Au lancement de mon activité fin 2019. J’ai posé l’intention : Croire en moi, et oser agir

J’ai compris que j’avais le droit à l’erreur. Et aussi le pouvoir de choisir de convertir une faute, une erreur ou un manquement en action utile et juste pour moi.

Ce qui rend beaucoup plus intéressant l’exercice d’identification des manques.

J’ai dû faire à ma peur de l’échec, ma peur de manquer d’argent.

– Au lancement, j’avais cette peur d’oser ma différence

 Créer mon job n’a pas été facile, cela me semblait clair dans ma tête, mais quand je commençais à en parler autour de moi. Je manquais d’illustration et images concrètes pour expliquer mon animation.

C’était nouveau. Par conséquent, je me demandais comment j’allais bien pouvoir développer cette mission inexistante et sortie de nulle part ?

En résumé, j’avais peur d’oser ma différence. Peur de passer pour la personne qui rêve totalement, qui n’a pas les pieds sur terre. J’ai du accueillir ma part de créativité.

Doté d’un Bac+5 dans le domaine scientifique, biologie, environnement, je ne m’accordais pas la liberté de penser, de créer.

Aussi, je me suis rapidement aperçue qu’expliquer ma mission allait être difficile. Face à mes quelques interlocuteurs j’utilisais énormément d’énergie. J’ai choisi d’appliquer mon principe de droit à l’erreur et j’ai accueilli ma peur de manquer d’argent. J’ai réalisé un changement immédiat.

– Pour transformer cette peur, ce que j’ai décidé de changer

J’ai décidé de me lancer dans l’animation d’atelier bénévole. Et une fois les animations réalisées, c’était tellement plus simple pour moi d’expliquer mon travail.

Aussi, cela m’a permis de vérifier que ma nouvelle mission me correspondait tout à fait. Et c’est tellement plus facile de communiquer une fois que l’action est concrétisée.

 – Avec Mots et Sens, j’ai choisi de développer mon autonomie et ma créativité.

Décembre 2019, je créé ma micro-entreprise et j’accompagne mes premiers clients en individuel. Janvier 2020, j’anime mon tout 1er atelier philo-méditation à l’école primaire. Puis sur le conseil d’Anne France d’Ose ton job qui m’a accompagné dans cette aventure, je décide de réunir un groupe d’amies qui partage mes valeurs autour d’un café. Ensemble nous désignons le nom de mon activité « Mots et Sens ».  La suite vous la connaissez, un logo, une page Facebook, un site internet avec Michael, de Petit à Petit. A peine ma formation d’animateur philo SEVE prend fin à Rennes que je démarre à Caen en février 2020 la formation pour devenir sophrologue (c’est parti pour 2 années).

Puis vient la période de confinement entre mars et juin 2020, j’adapte mon accompagnement et propose mes services par visioconférence (individuel et atelier philo avec les enfants). Je propose de nouveaux concepts, en aout, un café philo enfant & parent à la librairie Place 26, puis en décembre, à la fois un atelier « Musique des émotions » à la crèche avec les tout-petits, et un atelier en ligne destiné aux parents, pour aider leurs enfants à développer leur autonomie et créativité.

– A bas le perfectionnisme : oser changer pour évoluer et grandir.

Je suis remplie de gratitude et je remercie toutes celles et ceux qui m’ont accompagné dans mon chemin, à commencer par mon mari, ma maman, mes enfants qui sont ma source d’inspiration au quotidien. Et aussi, en concrétisant mon rêve professionnel, je suis parvenue à montrer à mes enfants que qu’il était envisageable d’apprendre de ses erreurs, et que l’échec n’existe que si on abandonne son rêve. Convertir un manquement et agir concrètement permet d‘évoluer et grandir.